Tout savoir sur les démarches de changement d’une structure d’assurance

On ne le souhaite pas mais dans bien des cas, on est malheureusement contraint de changer sa compagnie d’assurance. Lorsqu’il faut le faire, certaines étapes permettent de s’en sortir confortablement. Quelles sont donc ces démarches permettant de se tourner vers une nouvelle compagnie d’assurance ? C’est exactement ce qu’on essaiera de comprendre dans la suite de cet article.

Les différents processus de changement d’une assurance

Comme expliqué sur https://www.guide-de-lassurance.fr/, les assurances sont de différentes catégories. Il est donc normal que les démarches de résiliation du contrat d’assurance soient divergentes. Lorsqu’il s’agit d’une assurance souscrite pour une habitation, les démarches sont loin d’être protocolaires. Toutefois, il est recommandé d’informer votre compagnie dans un délai de 3 mois après l’avènement du sinistre sur votre propriété. Avec cette assurance, vous êtes autorisés à résilier votre contrat une fois l’échéance arrivée.

Parallèlement, l’assurance propre aux automobiles et moto est régit suivant une loi particulière : celle de Hamon. Cette loi autorise le propriétaire du bien à rompre le contrat d’assurance à volonté sans donner d’explication. En revanche, cela est permis uniquement après une année entière de contrat avec la compagnie. Aussi, vous devez simplement prévenir votre assureur via son courrier électronique. Comme aucune règle n’existe sans exception, dans des cas spécifiques, un assuré peut rompre son contrat d’assurance dès sa première année. Par contre, il doit forcément s’agir d’une perte de l’engin automobile ou d’un événement similaire.

Les pièces à fournir pour finaliser une résiliation d’assurance

Comme on peut s’y attendre, quitter une compagnie d’assurance nécessite un minimum de documents à fournir. En ce qui concerne l’assurance propre à l’habitation, la lettre de rupture du contrat et son justificatif sont à présenter. Quant à l’assurance auto/ moto, il faut juste le relevé d’information. Outre ce relevé, le justificatif de la résilience lorsqu’il s’agit d’un contrat inférieur à 365 jours est requis. Par ailleurs, d’autres formes d’assurance sont accessibles et ont chacune leur étape de faisabilité.