L’expansion du trading : ce que vous devez en savoir

Investir dans des actions peut être très excitant, mais aussi quelque peu effrayant. Quand vous décidez de vous lancer dans le monde passionnant des marchés boursiers et du trading, vous devez donc vous assurer d’en avoir le maximum de connaissance.

Qu’est-ce que le trading ?

Le trading est la négociation de marchés financiers. Le rôle du trader est donc de dégager des gains en jouant l’intermédiaire entre des opérations de vente et d’achat. Il est spécialisé dans un ou plusieurs secteurs du marché financier. Ces secteurs peuvent être les actions, les produits dérivés, les devises.

Dans ce dernier cas, le trader est appelé cambiste. Il suit les fluctuations de la monnaie en vue de faire des investissements avantageux pour son client et lui faire gagner le plus de d’argent possible. A l’heure d’aujourd’hui, il est très facile de se faire former et de suivre soi-même ses placements. Pour plus d’information sur le sujet il suffit de suivre ce site.

L’expansion brusque du trading

L’expansion du trading a pris effet lors du lancement du « high frequency trading » qui est en français le trading à grande vitesse. Les ordres de marchés sont passés des traders vers des ordinateurs ultra sophistiqués qui permettent de tirer profit de la variation, même très légère des valeurs boursières. Les machines qui fonctionnent sur des algorithmes complexes, fractionnent, achètent et vendent des titres en très peu de temps (jusqu’à 190 ordres par seconde).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce type de trading électronique existe depuis plusieurs des années mais son essor a véritablement commencé il y a 5 ou 7 ans, grâce au perfectionnement des technologies informatiques et à la multiplication des plateformes du marché. Aujourd’hui, il rencontre un succès indéniable : le trading de haute fréquence représente plus des deux tiers des volumes d’activité quotidiens des marchés actions aux États-Unis. En Europe, où les marchés sont moins intégrés, il est responsable de 30 à 35 % des transactions.